Hikikomori. Réparer l’isolement

À paraître
Disponible à partir du 07/11/2024  
Livraison en France à 0,01€
(pour toute commande > 35€)

Collection : Hors collection
Éditeur : DOIN
Pages : 224
Dimensions : 14,8 x 21 cm
ISBN : 978-2-7040-1767-6
Langue : Français
Date de parution : 07/11/2024

Hikikomoris, retirants, invisibles sociaux, reclus à domicile… : quelles sont les réponses à l’isolement social du jeune ?

Le comportement de retrait social qui touche certains adolescents (ils seraient des dizaines de milliers en France) est un phénomène ancien mais en évolution constante à travers le monde. La claustration à domicile est méconnue des professionnels, elle représente un fardeau pour les familles et une souffrance à bas bruit pour le jeune. Au carrefour du psychologique, du social et du comportemental, ce phénomène nous interroge sur la jeunesse, le rôle de la famille, de la société, et aussi sur la pratique clinique.

Le jeune en rupture avec le rythme familial (enfermement progressif, usage immodéré des écrans, raréfaction des relations sociales réelles, aberrations du sommeil et de l’alimentation) connaît bien vite un autosabotage bien involontaire qui peut aller jusqu’à la psychopathologie.

Les parents, souvent culpabilisés, demandent rarement de l’aide. Pourtant les connaissances et les témoignages se multiplient et des perspectives s’ouvrent du côté de la guidance parentale, de la thérapie multifamiliale, de l’intervention de familles dites expertes.

L’ouvrage s’adresse aux cliniciens, à l’entourage, aux personnels médicosociaux, scolaires et universitaires. Il s’adresse aussi aux jeunes reclus. Il donne des clés pour repérer les signes d’alerte et les différentes étapes de l’enfermement, pour comprendre le comportement de claustration et ses mécanismes, en saisir le contexte. L’autrice aborde la souffrance de tous et ouvre les perspectives vers des pistes holistiques de prise en charge.

Marie-Jeanne Guedj-Bourdiau est psychiatre et pédopsychiatre, ancienne cheffe du pôle urgences psychiatriques de l’hôpital Sainte-Anne (Paris).

Titulaire du DU Anthropologie, elle exerce en consultation hospitalière et privée. Elle s’intéresse au phénomène de la réclusion sociale depuis la fin des années 1980 et est la fondatrice de l’Association francophone pour l’étude et la recherche sur les hikikomori (AFHIKI) qui a pour objectif de fédérer tous les soignants et les professionnels du secteur sanitaire, social et éducatif autour de l’accompagnement de ces jeunes. Autrice de nombreux ouvrages, elle est une référence internationale pour la prise en charge des jeunes adultes en retrait social.